Soupçons

[Dario Argento] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Robert Guediguian] [Mario Bava] [Francis Ford Coppola] [John Cassavetes] [Agnès Jaoui] [Alfred Hitchcock] [Brian de Palma] [Woody Allen] [Clint Eastwood] [Orson Welles]
[ Divergent] [ Dracula] [Département V] [Jurassic Park] [La Momie] [Jules Maigret] [Francis Coplan] [The Maze Runner] [ Stargate] [La Mutante] [Robert Langdon] [Star Trek] [Le Transporteur] [Les Mystères de Paris] [Sherlock Holmes] [ Ocean] [ Batman] [Harry Potter] [Dix Petits Negres] [Caroline Cherie] [ Rocambole] [ Matrix] [Henri de Lagardère / Le Bossu] [X Men] [Xavier Rousseau] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [ Hercule] [The Hunger Games] [ Carrie] [ Millenium] [Resident Evil] [Arme Fatale] [ Terminator] [John McClane] [Mission Impossible] [ Fantomas] [OSS 117] [Lemmy Caution] [Star Wars] [Indiana Jones] [ Alien] [Jason Bourne] [ Emmanuelle] [La Planète des Singes] [ Angelique] [Hannibal Lecter] [Arsène Lupin] [Joseph Rouletabille] [ Underworld] [Mad Max] [James Bond] [Men in Black]
[Noomi Rapace] [Meg Ryan] [Jacques Higelin] [Julia Roberts] [Bruce Willis] [Marlène Jobert] [Harrison Ford] [Peta Wilson] [Sean Connery] [Sigourney Weaver]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

Soupçons - Suspicion

1941

Production: R K.O., 1941
Réalisation: Alfred Hitchcock
Scénario: Samson Raphaelson, Joan Harrison et Alma Reville, d'après le roman de Francis Iles (Anthony Berkeley) « Before the Fact ».
Directeur de la photographie: Harry Stradling AS,C,
Effets spéciaux: Vernon L, Walker.
Décors: Van Nest Polglase.
Associé: Carroll Clark.
Musique: Franz Waxman
Montage: William Hamilton
Ingénieur du son: John E. Tribly
Assistant-réalisateur: Dewey Starkey.
Studios: R. K.O,
Distribution: R. K.O„ 1941, 99 minutes.
Interprétation: Cary Grant (John Aysgarth : « Johnnie »), Joan Fontaine (Lina Mac Kinla-w), Sir Cedric Hardwike (général Mac Kinlaw), Nigel Bruce (Beaky), Dame Iviay Whitty (Mrs. Mac Kinlaw), Isabel jeans (Mrs. Newsham), et Heather Angel, Auriol Lee, Reginald Sheffield, Leo G. Carroll.
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Soupçons

sur
Amazone

fleche
fleche






12007 lectures

Synopsis

Lina Mclaidlew et Johnnie Aysgarth se rencontrent par hasard dans un train. Assez vite la jeune femme s’amourache de Johnnie qui n’est qu’un joueur invétéré, criblé de dettes.
En cachette de ses parents, qu’elle sait hostiles à cette relation, elle épouse Johnnie.
Les deux jeunes mariés partent en voyage de noce…
A leur retour, une étrange période débute pour Lina : son père meurt; son mari lui dissimule qu’il a perdu son emploi et qu’il passe ses journées aux courses…
Parallèlement, Lina apprend que son mari projette de monter une opération immobilière avec son ami Beaky.
Autant de faits qui conduisent Lina Mclaidlew à soupçonner son époux d’envisager de la tuer pour faire main basse sur sa fortune.
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

De la vie fantasmée

Deux parties distinctes de ton et de rythme constitueraient ce film.
La première, qui prendrait fin avec le retour de Lina Mclaidlew et Johnnie Aysgarth de leur voyage de noce, serait placée sous le signe de la comédie de mœurs, à l’image de « Joies Matrimoniales ». Et elle aurait été tournée sous l’œil amusé d’une caméra objective.
La seconde partie, d’un ton plus noir, courrait durant les trois quarts du film et serait filmée par une caméra totalement subjective. Seul le point de vue de Lina Mclaidlew y serait mis en images.
Tout ceci semble vrai et l’est incontestablement. Mais ne convient-il pas, au-delà, de cette dichotomie apparente de s’interroger sur l’unité qui parcourt ce film?
A bien observer les agissements de Johnnie Aysgarth, il apparaît qu’ils ne relèvent jamais de la tentative d’homicide. Sauf à considérer que le fait de monter un verre de lait à sa femme ou tenter de ferme une portière de voiture soient de la compétence des assises. Tout au plus agit-il comme un petit escroc, vivant d’expédients et de filouteries.
Examinons maintenant le personnage de Lina qui est le personnage principal de ce film, celui autour de qui l’intrigue puise sa vraisemblance.

Dans un wagon de train, le hasard met en présence Lina et Johnnie. Dès les premières images, nous comprenons que Lina n’est pas le type de femme de Johnnie : trop stricte, trop intellectuelle… et probablement trop ennuyeuse. Mais nous réalisons aussi qu’il ne rechignera pas à « taper » dans sa fortune. De son côté, Lina semble totalement désintéressée par la présence de Johnnie, jusqu’à ce qu’elle découvre sa photo dans le journal qu’elle feuillette.
Il ne lui en faudra pas plus pour tomber amoureuse de Johnnie ou du moins de ce qu’il représente. Lina partage son temps entre ces chevaux et sa famille guidée, sous l’œil sévère du portait du général McLaidlaw. Cette jeune femme, qui ne sait rien de la vie et de l’amour, rêvé d’évasion et de frissons. Et c’est ce rêve qu’elle projette dans la personne de Johnnie…
Au bout du rêve surgit le cauchemar : au voyage de noce succédera le soupçon.

Ce qui fait l’unité de ce film est peut-être là. Lina ne vit pas dans le réel mais dans le songe. Le monde dans lequel elle évolue, d’un bout à l’autre du film, est toujours le fruit de ses fantasmes dominés tantôt par éros, tantôt par thanatos. A l’opposé Johnnie, qui a longtemps roulé sa bosse, ne perd jamais de vue ce qu’il considère comme essentiel : l’argent.

Une courte scène vient confirmer cette double hypothèse :
Au début du film Lina et Johnnie se promènent dans la campagne et rejoignent le haut d’une colline. Johnnie, en charmeur professionnel, taquine Lina. Le vent emporte son chapeau et lui ôte son imperméable. Johnnie lui saisit les poignets. Au terme d’une courte lutte, Lina parvient à se dégager. Mais Johnnie reprend ses assauts et s’attaque maintenant à son aspect revêche. Il lui défait les cheveux et lui entrouvre le col de son chemisier. Lina respire de plus en plus fort… Un sourire illumine son visage. Elle saisit son sac à main, se regarde dans son miroir… Johnnie tente de l’embrasser. La caméra cadre le sac à main que Lina referme voilement.
Peut-être s’est-elle éveillée durant cette fraction de seconde et a-t-elle entrevu la véritable personnalité Johnnie, ce qui n’adviendra plus jamais.
Soupçons - Suspicion

Du verre de lait

 
 
Comment parler de ce film et omettre la scène du verre de lait?
Aux fantasmes de bonheur a succédé l’ère du soupçon. Lina est convaincue que son mari veut la tuer. Et la caméra hitchcockienne en a persuadé le spectateur. Aussi un geste aussi anodin que de monter un verre de lait acquiert un sens particulier, un sens qu’il perdrait sous l’objectif d’une caméra neutre, d’une caméra qui ne mettrait pas le verre au centre (1) et qui ne dilaterait pas le temps à ce point.

(1) Hitchcock avait fait placer une ampoule au fond du verre pour que le spectateur ne le quitte jamais des yeux.

Soupçons Le hall est plongé dans l’obscurité,. Au sol se dessine l’ombre des barreaux d’une fenêtre telle une toile d’araignée
Soupçons Une Ombre traverse le hall. Le verre de lait brille
Soupçons L’ombre atteint les marches. Le verre de lait brille
Soupçons L’ombre gravit l’escalier. Le verre de lait brille
Soupçons Le verre de lait s’avance vers la caméra
Soupçons Dans sa chambre Lina a entendu du bruit, elle se redresse... méfiante
Soupçons Le verre de lait franchit la porte
Soupçons Johnnie la franchit à son tour
Soupçons Toujours aussi méfiante Lina le regarde s’avancer, à moins qu’elle ne regarde le verre de lait
Soupçons Johnnie pose le verre de lait sur le chevet. Lina ne le quitte pas des yeux
Soupçons Johnnie souhaite une bonne nuit à Lina. Le verre de lait est là…
Soupçons Johnnie a quitté la chambre… laissant au regard méfiant de Lina le verre de lait
Soupçons Au petit matin le verre de lait intact est sur le chevet… Johnnie aurait-il raté son coup?
Soupçons - Suspicion



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar