Agent secret

[Dario Argento] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Robert Guediguian] [Mario Bava] [Francis Ford Coppola] [John Cassavetes] [Agnès Jaoui] [Alfred Hitchcock] [Brian de Palma] [Woody Allen] [Clint Eastwood] [Orson Welles]
[ Divergent] [ Dracula] [Département V] [Jurassic Park] [La Momie] [Jules Maigret] [Francis Coplan] [The Maze Runner] [ Stargate] [La Mutante] [Robert Langdon] [Star Trek] [Le Transporteur] [Les Mystères de Paris] [Sherlock Holmes] [ Ocean] [ Batman] [Harry Potter] [Dix Petits Negres] [Caroline Cherie] [ Rocambole] [ Matrix] [Henri de Lagardère / Le Bossu] [X Men] [Xavier Rousseau] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [ Hercule] [The Hunger Games] [ Carrie] [ Millenium] [Resident Evil] [Arme Fatale] [ Terminator] [John McClane] [Mission Impossible] [ Fantomas] [OSS 117] [Lemmy Caution] [Star Wars] [Indiana Jones] [ Alien] [Jason Bourne] [ Emmanuelle] [La Planète des Singes] [ Angelique] [Hannibal Lecter] [Arsène Lupin] [Joseph Rouletabille] [ Underworld] [Mad Max] [James Bond] [Men in Black]
[Noomi Rapace] [Meg Ryan] [Jacques Higelin] [Julia Roberts] [Bruce Willis] [Marlène Jobert] [Harrison Ford] [Peta Wilson] [Sean Connery] [Sigourney Weaver]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

Agent Secret - Sabotage/The Woman Alone

1936

Production: Shepherd, Gaumond-British Pictures, 1936.
Producteurs: Michael Balcon et Ivor Montagu
Réalisation: Alfred Hitchcock.
Scénario: Charles Bennett, d'après le roman de joseph Conrad, « The Agent Secret ».
Adaptation: Alma Reville, Dialogues: Ian Hay, Helen Simpson et E. V. H. Emmett.
Directeur de la photographie: Bernard Knowles.
Décors: Otto Werndorff et Albert Jullion.
Musique: Louis Levy. Costumes: J. Strassner.
Montage: Charles Frend. Studios: Lime Grove.
Cartoon: Séquence de « Who Killed Cock Robin », Silly Symphony de Walt Disney avec son accord
Distribution: G.F.D., 1936, 76 minutes; Etats-Unis; G. B„ Prod., 1937.
Interprétation: Sylvia Sidney (Sylvia Verloc), Oscar Homolka (Verloc, son mari), Desmond Tester (le frère de Sylvia), John Loder (Ted, le détective), Joyce Barbour (Renée), Matthew Bouffon (le commissaire), et S, J. Barmington, William Dewhurst, Peter Bull, Torin Thatcher, Austin Trevor, Clave, Sam Wiskinson, Sara Allgood, Martita Hunt, Pamela Bevan.
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Agent secret

sur
Amazone

fleche
fleche






8258 lectures

Synopsis

Londres est privée d’électricité. La centrale électrique, qui dessert la ville, a été victime d’un attentat.
Verloc semble être un brave homme qui partage son temps entre la salle de cinéma qu’il dirige et sa jeune épouse, Sylvia. Mais la police n’est pas dupe, elle le soupçonne d’être le saboteur et l’a placé sous surveillance. Au coin de la rue, un marchand de légumes le guette, tout en faisant du gringue à sa femme…
Une rencontre avec le commanditaire du sabotage est planifiée au zoo. Verloc se rend au rendez-vous dans l’espoir d’être payé. Malheureusement l’homme, qu’il rencontre, n’est pas satisfait des résultats de cette action. Il refuse de payer Verloc si celui-ci ne dépose pas une bombe.
Verloc prend livraison de l’explosif chez un oiseleur - celle-ci est dissimulée dans une cage à oiseaux.
Quelque temps plus tard, se sentant surveillé, Verloc confie au jeune frère de sa femme, qu’il héberge, un paquet à livrer à l’autre bout de la ville. Le bambin s’attarde et la bombe, que contient le colis, explose dans un tram. Le garçon est tué.
La femme de Verloc comprend le rôle qu’a joué son époux dans la mort de son frère… Elle le poignarde.
La chance sourit à la belle : l’artificier du groupe, l'oiseleur, craignant d’être découvert, se rend cher Verloc pour récupérer la cage à oiseaux. Il découvre son cadavre alors que la police débarque sur les lieux. Se croyant pris au piège, il fait sauter le cinéma. Et le crime de Sylvia ne sera pas découvert.
Plus rien ne l’empêche de couler des jours tranquilles avec le beau détective.
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

De la culpabilité

« Conrad nous apporte la compréhension parfaite d'un homme qui cause la mort d'un enfant; Hitchcock s'attache par son art (et les yeux obliques et douloureux de Sylvia Sydney) à ce que cette mort nous attendrisse. L'effort de l'un fut intellectuel, celui de l'autre est tout au plus sentimental », déclara Borges au sujet de ce film.
Comme lui, la critique condamna unanimement ce film. La « grave erreur » d'Hitchcock avait été de « faire mourir un enfant dans un film » car « on frôle l’abus de pouvoir du cinéma » (Truffaut).
Hitchcock reconnu :
« Il aurait fallu qu'Oscar Homolka tue volontairement le jeune garçon - et sans doute que l'on ne voie pas ce meurtre - et qu'ensuite sa femme le tue pour venger son jeune frère »
Mais croyait-il vraiment que cette solution aurait été satisfaisante?
Car à bien examiner cet épisode, on s’aperçoit qu’il contient deux éléments essentiels de son art.

Un garçonnet qui, à son insu, transporte une bombe. Le spectateur qui sait le temps compté.
Et voilà le suspense qui s’installe
Il ne reste plus au cinéaste qu’à dilater le temps. Ce qu’il fait avec maestria.
Au lieu de livrer sans attendre son colis, Stevie flâne, observe les camelots… et lorsqu’il se décide à prendre un bus, celui-ci s’englue dans les embouteillages… Et Hitchcock multiplie les inserts d’horloges et du colis, superpose les deux, jusqu’à les fondre, jusqu’à ce que le temps devienne la véritable menace. Jusqu’à ce que « Les oiseaux chantent à 13 h 45 ».

La seconde constante du cinéma hitchcockien, que renferme l’équipée du jeune Stevie, est : le transfert de culpabilité.
Certes, Verloc est un terroriste qui se prépare à frapper durement Londres, mais est-il le seul responsable de la mort du jeune frère de son épouse?
Pour transporter la bombe, Verloc avait convoqué quelques complices, malheureusement l’un d’entres eux reconnaît dans Ted, le marchand de légumes, un inspecteur de police. Les hommes quittent précipitamment l’appartement de Verloc. Celui-ci n’a pas d’autre choix que d’agir seul. Alors qu’il s’apprête à livrer sa bombe, Ted fait irruption dans l’appartement. Verloc est contraint de confier son colis à Stevie.
Chaque protagoniste est coupable. Y compris Sylvia qui en répondant aux avances du marchand de légumes lui permet de s’introduire chez elle et de contrarier les plans de Verloc. Y compris la foule qui retarde le jeune Stevie…
Tous coupables… ils l’étaient bien avant cet épisode dramatique.
Verloc est coupable d’être un saboteur, Sylvia de nourrir des sentiments troubles envers Ted et celui-ci de dissimuler sa véritable identité. Et chacun utilise l’autre pour son seul profit
Agent secret - Sabotage/The woman alone

Du soulagement

 
 

Verloc est un personnage peu sympathique, responsable de la mort du jeune frère de Sylvia. A l’opposée, son épouse est une jeune personne fort jolie et extrêmement aimable –d’ailleurs Ted en tombe amoureux.
Le problème du cinéaste était, probablement, de ne pas inverser radicalement cette antinomie lors du meurtre de Verloc.
Au cours de cette scène Hitchcock demande au public « d’avoir carrément envie de tuer ».

 

Agent Secret Sylvia coupe la viande…
Le visage fermé
Agent Secret Son mari lui parle...
Agent Secret Sylvia continue à couper la viande.
Agent Secret Son mari mange...
Agent Secret Elle le regarde.

 

Scène banale de la vie conjugale… S’il n’y avait pas un cadavre entre les deux personnages. Si nous ne savions pas que Sylvia sait que son mari est le meurtrier. Et le couteau n’est plus un simple ustensile de cuisine mais une arme

 

Agent Secret Sylvia regarde le couteau…
Agent Secret Que nous regardons aussi.
Agent Secret Refusant l'idée qui vint de lui traverser l'esprit, Sylvia repousse, loin d’elle, le couteau.
Agent Secret Mais que peut-elle faire d’autre que de s’en saisir de nouveau...
Agent Secret Ne lui faut-il pas couper la viande ?
Agent Secret Dans un travelling avant, la caméra cadre le visage de Sylvia. A cet instant nous savons qu'elle accepte l’idée de meurtre.
Agent Secret Verloc lève les yeux vers elle -vers nous- et comprend ce que trame sa femme.

 

Nos craintes se trouvent confirmées... Que va-t-il se passer? Que va faire l'ignoble Verloc?

 

Agent Secret Verloc se lève, contourne la table… que va-t-il faire ?
Agent Secret Dans un travelling avant, il se dirige vers une Sylvia vulnérable et craintive.
Agent Secret Dans un plan rapproché, la caméra cadre les deux protagonistes.
Agent Secret La caméra descend. On découvre les main crispées de Verloc auxquelles font face les mains apeurées de son épouse. Verloc va-t-il étrangler Sylvia ?
Agent Secret La caméra continue son mouvement. Nous découvrons le couteau vers lequel Verloc tend sa main… Pourvu que Sylvia s’en empare avant !
Agent Secret La caméra recadre les visages des personnages. Nous devinons que l’un d’entres eux a maintenant un couteau dans la main. Mais nous ne savons pas lequel. Pourvu que ce soit Sylvia !
Agent Secret C’était elle ! Super !!!
Agent Secret Hitchcock confirme, à ceux qui pourraient en douter, que Sylvia vient de poignarder son époux. 
La salle est soulagée.

 

En quelques secondes, la belle Sylvia a changé de statut. La victime est devenue criminelle. A cet instant elle risque de s’aliéner la sympathie des spectateurs… Hitchcock, pressentant probablement le risque, a pris soin, au travers des images « d’excuser » son geste. N’était-elle pas en état de légitime défense? Verloc ne s’est-il pas laissé tuer? S’il avait vraiment voulu agir, Sylvia n’aurait pas pu l’arrêter! En fait ne s’agirait-il pas d’un suicide?

 

Agent Secret Un insert sur la cage aux oiseaux vient rappeler la mort de Stevie.
Agent Secret Voilà... C'est terminé. Sylvia quitte la pièce, sous oeil froid d'une caméra objective
Agent secret - Sabotage/The woman alone



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar