L'homme qui en savait trop

[Dario Argento] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Robert Guediguian] [Mario Bava] [Francis Ford Coppola] [John Cassavetes] [Agnès Jaoui] [Alfred Hitchcock] [Brian de Palma] [Woody Allen] [Clint Eastwood] [Orson Welles]
[ Divergent] [ Dracula] [Département V] [Jurassic Park] [La Momie] [Jules Maigret] [Francis Coplan] [The Maze Runner] [ Stargate] [La Mutante] [Robert Langdon] [Star Trek] [Le Transporteur] [Les Mystères de Paris] [Sherlock Holmes] [ Ocean] [ Batman] [Harry Potter] [Dix Petits Negres] [Caroline Cherie] [ Rocambole] [ Matrix] [Henri de Lagardère / Le Bossu] [X Men] [Xavier Rousseau] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [ Hercule] [The Hunger Games] [ Carrie] [ Millenium] [Resident Evil] [Arme Fatale] [ Terminator] [John McClane] [Mission Impossible] [ Fantomas] [OSS 117] [Lemmy Caution] [Star Wars] [Indiana Jones] [ Alien] [Jason Bourne] [ Emmanuelle] [La Planète des Singes] [ Angelique] [Hannibal Lecter] [Arsène Lupin] [Joseph Rouletabille] [ Underworld] [Mad Max] [James Bond] [Men in Black]
[Noomi Rapace] [Meg Ryan] [Jacques Higelin] [Julia Roberts] [Bruce Willis] [Marlène Jobert] [Harrison Ford] [Peta Wilson] [Sean Connery] [Sigourney Weaver]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

L'homme Qui En Savait Trop - The Man Who Knew Too Much

1934

Production: Gaumont British Pictures, Grande Bretagne, 1934,
Réalisation: Alfred Hitchcock
Producteurs: Michael Balcon; associé, Ivor Montaou.
Scénario: A R, Rawlinson, Charles Bennett, D.B. Wyndham-Lewis, Edwin Greenwood, d'après un sujet original de Charles Bennett et D, B. Wyndham-Lewis
Dialogues additionnels: Emlyn Williams.
Directeur de la photographie: Curt Courant.
Décors: Alfred Junge et Peter Prend.
Musique: Arthur Benjamin, dirigée par Louis Levy
Montage: H, St C Stewart.
Studios: Lime Grove.
Distribution: G,F.D., 1934, 84 minutes. France Etats-Unis, G.B. Prod„ 1935.
Interprétation: Leslie Banks (Bob Lawrence), Edna Best (Jill Lawrence), Peter Lorre (Abbott), Frank Vosper (Ramon Levine), Hugh Wakefield (Clive), Nora Pilbeam (Betty Lawrence), Pierre Fresnay (Louis Bernard) et Cicely Oates, D.A. Clarke Smith, George Curzon
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L'homme qui en savait trop

sur
Amazone

fleche
fleche






9008 lectures

Synopsis

A Saint-Moritz, station de ski en Suisse, Bob et Jill passent leurs vacances d’hiver en compagnie de leur fille Betty.
Les jours s’écoulent dans l’insouciance : Le chien de provoque un accident lors d’un concours de saut à ski auquel participait Louis Bernard, un ami français de la famille ; Betty déconcentre son père alors que celui-ci participe à un concours de tir…
Le soir chacun dîne à l’hôtel et partage son temps entre plaisanteries et danse : Louis Bernard entraîne Jill dans une danse interminable sous l’œil amusé de son mari.
Brusquement une balle atteint Louis Bernard en plein cœur. Justes avant de mourir il confie la clé de sa chambre à Jill en lui demandant de récupérer un mystérieux message.
Bob se charge de la mission et trouve le message dans le manche du blaireau de Bernard.
Au moment où ils s’apprêtent à contacter leur consulat pour livrer le message, Jill et Bob apprennent que leur fille a été kidnappée. Ils ne la reverront en vie que s’ils gardent le silence.
Ils n’ont pas d’autre choix que de partir en chasse aux ravisseurs...
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

Du mélange -1-

Lors de sa sortie, ce film fut salué par la presse par ces termes :
« L’homme qui en savait trop est l’apothéose du film d’action! » ou « film haletant, interprété avec conviction par des acteurs de premier ordre, et superbement réalisé »
Mais là n’est plus l’important.

L’essentiel ne réside-t-il pas dans le fait, qu’avec ce film, Hitchcock peaufine des éléments qui deviendront des constantes dans sa filmographie?
Et en premier lieu, le mélange entre humour, action et crime.
La première partie du film se déroule à Saint-Moritz, station de ski, lieu d’insouciance, de plaisirs et de bals. Lieu limpide à la blancheur immaculé.
Quant à la seconde partie, elle a pour décors les rues étroites de Londres.
Entre les deux, Hitchcock glisse un plan nocturne sur une place. Une annonce lumineuse vante les qualités du whisky « Black and White »… Blanc comme Saint-Moritz, noir comme le décor londonien. A ce changement de couleur correspond une rupture de ton et de rythme : à l’humour succède l’action, aux plaisanteries les larmes et les coups de feu.

On dit souvent, à propos des héros hitchcockiens, qu’ils parcourent une sorte de voyage initiatique en suivant une forme géométrique.
Qu’en est-il ici?
Il est évident que Bob et Jill, à la suite du meurtre de Louis Bernard se lancent dans une course-poursuite contre la mort, pour sauver leur fille. Et qu’une multitude de questions va assaillir leur conscience, dont une plus particulièrement : doivent-ils garder le silence au risque d’être les complices d’un meurtre? Accessoirement, ils devront régler leurs problèmes de couple et de parents.
Quant à la forme géométrique qui guiderait leurs faits et gestes, il semble que ce soit la pente.
Aux pentes enneigées de la station de ski répond la pente du toit sur lequel Ramon est abattu par Jill.
Au canon de fusil que braque Jill vers le ciel lors du concours de tir qui ouvre le film, répond un autre canon de fusil que braque Jill en fin de film, et qui se coup ci ne manque pas la cible.
Au-delà de ces éléments visuels, il en est un autre certes invisible mais beaucoup plus prégnant : c’est la pente géographique que suivent les protagonistes et qui les des sommets alpins aux ruelles sombres et poisseuses de la capitale anglaise.
Ce déplacement –du haut vers le bas- n’assimile-t-il pas leur parcourt à une descende aux enfers d’où ils doivent ramener une enfant innocente et pure?
Et c’est là un autre des éléments toujours présent chez Hitchcock : la référence au religieux…

Venons-en au suspense, élément central dans l’œuvre du cinéaste et contentons-nous de lui laisser la parole :
Truffaut : les espions écoutent l'enregistrement de la cantate avant de se rendre au concert et, là, vous faites entendre deux fois de suite les mesures qui précèdent le coup dé cymbales; c'est très précis et très insistant.
Hitchcock : Les mesures de la cantate qui sont jouées deux fois sur le disque sont destinées à éviter toute confusion dans l'esprit du spectateur à propos de ce qui arrivera par la suite. Je me suis souvent rendu compte que certaines situations de suspense sont compromises quand le public ne comprend pas clairement la situation. Par exemple, deux acteurs ont des costumes presque semblables et le public ne les différencie plus; le décor est confus, les gens ne reconnaissent pas très bien les lieux où ils sont et, pendant que le spectateur essaie de reconstituer la vérité, la scène se déroule et elle est vidée de toute émotion. I1 faut clarifier constamment.
L'homme qui en savait trop - The Man who Knew Too Much

Du mélange -2-

 
 

La poursuite des ravisseurs de sa fille amène Bob et son ami Clive dans un cabinet de dentiste. Se faisant passer pour des patients ils demandent une consultation.<br>Clive est reçu en premier, puis vient le tour de Bob.<br>La structure de cette scène, qui dure presque 6 minutes et qui mélange humour suspense et action, correspond exactement à celle de la totalité du film et plus généralement à celle autour de laquelle sont bâtis la plus part des films d’Hitchcock <br>

Clive est reçu en premier
Pendant ce temps, Bob tue le temps comme tout un chacun...
Clive ressort. Il vient de se faire arracher une dent! Il souffre, nous rions...
Vient le tour de Bob. Il s'avance peu rassuré... comme tout un chacun, lorsqu'il pénètre dans un cabinet dentaire.
Il s'installe, toujours aussi méfiant...
Le dentiste commence à l'examiner.
Brusquement, la camera s'attarde sur la main du dentiste qui court sur des instruments menaçants.
L'inquietude de Bob change d'objet et la scène connait une rupture de ton.
Le danger ne vient plus du dentiste...

Un homme pénètre dans le cabinet. Nous ne le voyons pas, mais nous le reconnaissons à sa montre qui retentit bruyamment.

Abbott traverse le cabinet sans reconnaitre Bob...
Celui-ci est sous l'emprise du dentiste
Conscient du véritable danger qui le menace, Bob se épie les faits et gestes du dentiste
qui semble tramer une attaque
Il tente de neutraliser Bob
Il semble parvenir à ses fins
Mais Bob n'a pas dit son dernier mots
La situation bascule. Bob endort le dentiste...
Mais une nouvelle menace se profile...
Bob a juste le temps de se déguiser en "dentiste"
Le haut du crâne de Ramon apparait à l'écran.
Ramon et Abbott discutent dans un coin du cabinet...
Finalement ils sortent.
Bob semble tiré d'affaire,
Mais le dentiste s'éveille. Il doit le neutraliser de nouveau.....
L'homme qui en savait trop - The Man who Knew Too Much



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar