En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Le journal de Gloumov

Filmographie de Serguei Eisenstein

Le Journal De Gloumov -

1923
Serguei Eisenstein -Court métrage-

Grigori Aleksandrov : Gloumov 2 || Aleksandr Antonov : Joffre || Sergei M. Eisenstein : Himself || Mikhail Gomorov : Turusina || Junior Inkizhinov : L'enfant || Vera Muzykant : Mashenka, Mary McLack || Ivan Pyryev : Clown || Maksim Shtraukh : Milyukov-Mamaev || Vera Yanukova : Mamaeva || Ivan Yazykanov : Gloumov 1 972 lectures

Le journal de Gloumov
En Images

Synopsis
Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov -
Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov - Le journal de Gloumov -
Ce court métrage, de 4 minutes, est une mise en image des pensées du protagoniste principal du spectacle inspiré de la pièce « Un homme sage » de Nicolas Ostrovsky.

Quelques mots sur
Le journal de Gloumov

 
Le cinéaste fut un grand admirateur de Griffith et de Chaplin et il admirait ce dernier parce qu’il se transformait à l’écran en un corps qui oscillait entre homme et machine. En d’autres termes parce qu’il entrait en résonnance avec les préoccupations de mouvement comme la FEKS (1) qui rejetait la dictature de la Parole « installée en maitresse absolue » et se revendiquait d’un théâtre du mouvement, puisant son inspiration dans les pratiques méprisées par l’art bourgeois, à savoir le cirque, le carnaval, etc.
Baignant dans cette mouvance théorique, quoi de plus naturel que le premier film (2) d’Eisenstein soit une sorte de mise en images, dans la discontinuité, de l’attraction des corps de l’acteur-acrobate-clown. Pour autant, les gags qu’assemble dans l’inventivité le réalisateur ne semblent pas être captés au hasard. Et le noyau qui semble les relier a de quoi surprendre ceux qui identifient la production artistique de l’URSS au seul réalisme soviétique.
Examinons quelques scènes.
Elle s’ouvre comme elle se clôture sur un visage grimaçant. Mais là ne réside probablement pas l’essentiel
Une femme est abordée par un homme (un clown blanc). Elle n’y prête aucune attention. Mais elle tombe en pâmoison lorsqu’il se transforme en un roi. (Image 2)
Un homme (le clown blanc) s’approche d’un homme juché sur un tank. Celui-ci lui tourne le dos (lui montre son cul). Le clown blanc se métamorphose en canon. L’homme se précipite pour embrasser la bouche du canon. (Image 3)
Le clown blanc accoste un individu qui fume une cigarette. Celui-ci l’ignore jusqu’au moment où il se transforme en croix gammée. (Image 4)
Le clown blanc s’avance vers une femme qui se tient au milieu de marches. Elle ne se précipitera vers lui que lorsqu’il se transformera en enfant. (Image 5)
Le clown blanc aborde un autre homme. Celui-ci lui crache dessus, mais il lui serrera la queue lorsqu’il sera devenu un âne. (Image 6)
Deux travestis se marient… et le film se clôture sur les images 7 et 8.
Quel est le fil qui met en relation ces diverses saynètes ? Les images 1, 7 et 8 semblent indiquer qu’il ne s’agit de rien d’autre que du sexe et de ses perversions.


1- « Fabrique de l'acteur excentrique »
Mouvement cinématographique soviétique d'avant-garde fondé en 1922 par Grigori Kozintsev, Leonid Trauberg, Sergueï Ioutkevitch et Sergueï Guerassimov.
S'inspirant des traditions du cirque, du music-hall et du théâtre, ce courant préconisait pour les comédiens de cinéma un jeu scénique volontairement outrancier et schématique. Le premier film tourné selon ces directives fut les Aventures d'Octobrine (1924), de Kozintsev et Trauberg. (Larousse)

2- Sergueï Eisenstein réalise ce court métrage afin qu'il soit diffusé au théâtre avant la représentation de la pièce « Un homme sage » d'Alexandre Ostrovski.
Vertov, le cinéaste de la Kino-Pravda, qui devait conseiller le jeune réalisateur refusa de l’aider. Sergueï Eisenstein lui rendit la politesse en déclarant lors de la sortie du film « l’Homme à la caméra » qu’il s’agissait d’un grand n’importe quoi.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs


[Alfred Hitchcock]
[John Carpenter]
[Serguei Eisenstein]
[Quentin Tarantino]
[Jean-luc Godard]
[Claude Chabrol]
[Russ Meyer]
[Francis Ford Coppola]
[Dario Argento]
[Mario Bava]
[Orson Welles]
[Brian de Palma]
[John Cassavetes]
[Clint Eastwood]
[Woody Allen]

[Men in Black]
[ Emmanuelle]
[ Underworld]
[Mad Max]
[Joseph Rouletabille]
[Arsène Lupin]
[Hannibal Lecter]
[ Angelique]
[La Planète des Singes]
[ Carrie]
[The Hunger Games]
[ Hercule]
[Robert Langdon]
[Jason Bourne]
[James Bond]
[John McClane]
[Mission Impossible]
[ Fantomas]
[OSS 117]
[Lemmy Caution]
[Star Wars]
[Indiana Jones]
[ Alien]
[ Terminator]
[ Millenium]
[Arme Fatale]
[Resident Evil]

[Bruce Willis]
[Julia Roberts]
[Peta Wilson]
[Sean Connery]
[Harrison Ford]
[Marlène Jobert]
[Noomi Rapace]



reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet
Régie publicitaire internet



(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel