En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Jardins de pierre

Filmographie de Francis Ford Coppola

Jardins De Pierre - Gardens Of Stone

1987
Francis Ford Coppola

James Caan : Clell Hazard -- -- Anjelica Huston : Samantha Davis -- -- James Earl Jones : "Goody" Nelson -- -- D.B. Sweeney : Jackie Willow -- -- Dean Stockwell : Homer Thomas -- -- Lonette McKee : Betty Rae -- -- Mary Stuart Masterson : Rachel Feld -- -- Sam Bottoms : Lieutenant Weber -- -- Elias Koteas : Pete Deveber -- -- Laurence Fishburne : Flanagan 1463 lectures

Jardins de pierre
En Images

Synopsis
Jardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of Stone
Jardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of StoneJardins de pierre - Gardens of Stone
Au cimetière d’Arlington, immense « jardin de pierre », Jackie Willow et quinze de ses camarades sont inhumés.
Willow avait été affecté dans la compagnie qui œuvre dans ce cimetière avant de partir pour le Vietnam, de rejoindre le front, lieu où il était convaincu qu’était sa place.
Seulement le front n’existait pas.
Le sergent Hazard se souvient de lui et de ses certitudes

Quelques mots sur
Jardins de pierre

 
Bien sûr, il saute aux yeux de tout le monde que ce film n’est qu’un flashback qu’emprisonne la scène de l’enterrement de Jackie Willow. Mais il faut noter que si cette scène s’inscrit au final comme l’aboutissement de ce flashback, elle n’induit aucune rupture spatio-temporelle à l’ouverture du « film ».
Nous sommes au cimetière d’Arlington et nous assistons à l'inhumation d’une quinzaine de soldats. Lorsque le flashback débute, nous sommes toujours à Arlington et des soldats viennent d’être enterrés. Le passé apparaît que comme la continuité du futur et ceci d’autant plus qu’aucun effet visuel n’est venu souligner cette discontinuité narrative.
Dés le prélude du film nous savons comme celui-ci va se conclure et cela n’est pas sans conséquences, ni peut-être sans raison.
A la différence des autres grands films qui traitent de la guerre du Vietnam (1), celui-ci s’abstient de montrer ce conflit et le déplace dans un hors-champ aussi étouffant que paradoxalement présent à l’écran par le biais de la télévision ou de la bande sonore (2).
Cette guerre a pris fin le 30 avril 1975, par l’évacuation de l’ambassade des Etats Unis à Saigon. Et lorsque sort « Jardins De Pierre », une dizaine d’années plus tard, chacun connaît la fin de « l’histoire », chacun sait que sa conclusion fut la défaite au prix d’une multitude de mort. (3)
La structure narrative de ce film se calque à cette réalité historique : dès le début, nous connaissons la fin et cette fin se scelle répétitivement au cimetière d’Arlington.
Quant aux conséquences de ce choix narratif, elles relèvent d’une volonté d’amener le spectateur à humaniser son point de vue.
Au commencement nous assistons à l’enterrement d’un individu que nous ne connaissons pas. (4). Autant dire que nous observons la scène d’un œil distant. L’ensemble du film consiste à nous présenter ce jeune, et le fait de savoir qu’il va mourir enrobe chacun de ses gestes et de ses paroles dans une empathie qui ira crescendo, jusqu’au retour à l’enterrement, que nous verrons avec émotion.
Et lorsque le générique de fin défile, nous savons que l’univers rigide des militaires, rigidité que souligne la simplicité des plans et du montage (5), n’est pas seulement peuplé de crétins obtus mais aussi d’êtres humains habités par des certitudes et des doutes.

1- « Platoon » d’Oliver Stone et « Full metal Jacket » de Stanley Kubrick sortent sur les écrans la même année.

2- La guerre est présente sur les écrans de télévisions, en fond de plan. Puis au mariage de Willow, où l’écran de télé envahit le cadre. Elle est aussi présente dans la bande sonore au travers du bruit d’un hélicoptère et des conversations radio entre soldats.

3- Le nombre de morts à partir de 1965 jusqu'à la fin du conflit au Viêt Nam se situerait au-delà de trois millions.

4- Rien n’indique d’ailleurs que le personnage central du film sera ce mort, comme rien n’indique le début du flashback.

5- Loin des effets de caméra et des inventions visuelles ou des ruptures de rythme, Coppola film et monte en plan fixe, en gros plan, en cut, en champs et contre-champs francs et limpides comme une cérémonie militaire où la rigueur est de mise.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs


[Alfred Hitchcock]
[John Carpenter]
[Serguei Eisenstein]
[Quentin Tarantino]
[Jean-luc Godard]
[Claude Chabrol]
[Russ Meyer]
[Francis Ford Coppola]
[Dario Argento]
[Mario Bava]
[Orson Welles]
[Brian de Palma]
[John Cassavetes]
[Clint Eastwood]
[Woody Allen]

[Men in Black]
[ Emmanuelle]
[ Underworld]
[Mad Max]
[Joseph Rouletabille]
[Arsène Lupin]
[Hannibal Lecter]
[ Angelique]
[La Planète des Singes]
[ Carrie]
[The Hunger Games]
[ Hercule]
[Robert Langdon]
[Jason Bourne]
[James Bond]
[John McClane]
[Mission Impossible]
[ Fantomas]
[OSS 117]
[Lemmy Caution]
[Star Wars]
[Indiana Jones]
[ Alien]
[ Terminator]
[ Millenium]
[Arme Fatale]
[Resident Evil]

[Bruce Willis]
[Julia Roberts]
[Peta Wilson]
[Sean Connery]
[Harrison Ford]
[Marlène Jobert]
[Noomi Rapace]



reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique