En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Meurtre au 43e étage

John Carpenter

Meurtre Au 43e étage - Someone's Watching Me!

1978
John Carpenter -téléfilm-

Lauren Hutton : Leigh Michaels || David Birney : Paul Winkless, le compagnon de Leigh || Adrienne Barbeau : Sophie, la collègue de Leigh || Charles Cyphers : Gary Hunt, l'inspecteur de police || Grainger Hines : Steve, le collègue dragueur || Len Lesser : Burly Man || John Mahon : Frimsin, le patron de Leigh 946 lectures

Meurtre au 43e étage
En Images

Synopsis
Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!
Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!Meurtre au 43e étage  - Someone's Watching me!
Leigh Michaels a été embauchée par une station de télévision locale à Los Angeles et elle a loué un appartement au 43e étage d'une résidence luxueuse.
Presque aussitôt, elle reçoit des appels téléphoniques inquiétants et d’étranges cadeaux…

Un maniaque l’espionne de l’immeuble d’en face…

Mais, la police, qu’elle contacte lorsque la situation devient invivable, n’accorde que peu d’importance à son histoire.
Leigh Michaels n’aura pas d’autre choix que de se mettre en chasse de son harceleur

Quelques mots sur
Meurtre au 43e étage

 
John Carpenter désirait que ce fût un film pour grand écran, la Warner proposa d’en faire un film de télévision à l’esthétique d’un Colombo. Le cinéaste qui n’avait à son actif qu’une galéjade estudiantine et un « Assaut » au succès indécis, accepta la proposition du studio. Pour autant, et même s’il édulcora son script, « Meurtre Au 43eme Etage » ne peut être assimilé à un Colombo comme le suggère le titre français.
Film ambigu, parce qu’à la croisée des chemins de genres divergents, mais non antinomiques, il décevra les amateurs du Carpenter gore et onirique, les aficionados de l’un des inventeurs du slasher movie,
Ce film qui reprend certains éléments d’œuvres comme « Le Voyeur » (1960) de Michael Powell ou « Conversation secrète » (1974) de Francis Ford Coppola, déroule un schéma narratif que l’on ne peut que rapprocher de ceux utilisés par Alfred Hitchcock.
Dans « Les oiseaux », Hitchcock introduit immédiatement la menace qui plane sur les protagonistes par quelques plans sur des oiseaux inoffensifs. Carpenter procède de même en filmant en arrière-plan une silhouette noire qui traverse le champ (Image 1). Et comme pour ce film, seuls quelques petits incidents vont troubler la quiétude de la première demi-heure.
Lorsque le danger se précise, Carpenter revisite l’une des scènes de « L'inconnu Du Nord-Express ». Ici ce n’est pas un briquet qui se cache sous une grille d’égout, mais Leigh Michaels (Image 2). Et ce moment offre une contre-plongée des plus impressionnantes et des plus chargée de danger (Image3).
Bien sûr, nous avons droits aux célèbres images de « Fenêtre sur cour » (Image 4), mais comment pourrait-il en être autrement ? Mais aussi à une symétrie de voyeurisme qui induit l’idée d’une culpabilité diffuse (Image 6).
Malgré toutes ses similitudes entre l’œuvre d’Alfred Hitchcock et ce film, parallélismes que l’on pourrait multiplier quasi à l’infini, John Carpenter développe un style personnel aussi bien dans la façon de filmer, parfois par saccades et souvent sous des angles originaux (Image 5), que dans la manière de traiter le suspense.
Sur le modèle de « Fenêtre sur cour », Leigh Michaels s’introduit dans l’appartement de celui qu’elle soupçonne de la harceler, pendant que depuis son appartement, sa collègue et ami, Adrienne Barbeau, l’observe au télescope. Le spectateur est convaincu que le psychopathe va regagner son domicile et que Leigh va devoir lui faire face. John Carpenter choisit une autre voie : le psychopathe s’introduit dans l’appartement de Leigh et assassine Adrienne, alors que Leigh, que nous imaginions en danger, assiste, impuissante, à la scène.
Évidemment, le dénouement de ce film ne laisse pas entrevoir les chemins escarpés qu’empruntera le cinéaste par la suite, même si certaines images (Image 7) permettent de deviner sa fascination pour les plans anatomiques…

Pour terminer cette courte approche de ce « Quelqu'un Me regarde », soulignons la place particulière qu’occupent ici les personnages féminins. Leigh Michaels est une femme indépendante qui tente de faire face et n’hésite pas à monter au front. Elle aura d’ailleurs le dessus et tuera son harceleur. Quant au second personnage féminin, Adrienne Barbeau, elle dépend tellement peu des hommes qu’elle est lesbienne.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs


[Alfred Hitchcock]
[John Carpenter]
[Serguei Eisenstein]
[Quentin Tarantino]
[Jean-luc Godard]
[Claude Chabrol]
[Russ Meyer]
[Francis Ford Coppola]
[Dario Argento]
[Mario Bava]
[Orson Welles]
[Brian de Palma]
[John Cassavetes]
[Clint Eastwood]
[Woody Allen]

[Men in Black]
[ Emmanuelle]
[ Underworld]
[Mad Max]
[Joseph Rouletabille]
[Arsène Lupin]
[Hannibal Lecter]
[ Angelique]
[La Planète des Singes]
[ Carrie]
[The Hunger Games]
[ Hercule]
[Robert Langdon]
[Jason Bourne]
[James Bond]
[John McClane]
[Mission Impossible]
[ Fantomas]
[OSS 117]
[Lemmy Caution]
[Star Wars]
[Indiana Jones]
[ Alien]
[ Terminator]
[ Millenium]
[Arme Fatale]
[Resident Evil]

[Bruce Willis]
[Julia Roberts]
[Peta Wilson]
[Sean Connery]
[Harrison Ford]
[Marlène Jobert]
[Noomi Rapace]



reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique