En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



20

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le professionnel
sur
Amazone


fleche
fleche

Le Professionnel

Un film de

George Lautner

avec

Jean-Paul Belmondo


- 1981 -
3042
Lectures
Depuis
Le jeudi 8 Septembre 2005


 


Dimanche soir (aout), il fallait regarder le Professionnel avec Jean Paul Belmondo ! Ah les films des années 80, c'est souvent une véritable catastrophe !!!!!
Je me souviens que ce genre de film faisait un tabac lors de sa sortie en salle. Belmondo passait systématiquement le dimanche après-midi comme invité de Drucker pour parler de ses cascades qu'il avait fait lui même, sans l'aide de personne et qu'il était en pleine forme malgré ses presque 50 ans ! Dans le paquet promotionnel, il y avait toujours sa dernière conquête qui tournait dans le film pour son talent incontestable, jamais pour sa plastique. Cette hypocrisie notoire assumée avec un petit sourire en coin de Bébel (Delon faisait la même chose en souriant différemment) me faisait rire jaune. Drucker est lié fortement à ces deux acteurs dans mon souvenir, larbin servile du dimanche il était toujours prompt à authentifier la gloire narcissique de ces 2 grands piliers du cinéma franchouillard. Drucker est devenu depuis le serveur de soupe des hommes politiques en manque de popularité. Ce type falot est une catastrophe ! Vivement qu'il parte à la retraite.... mais quand ?????
Ah quelle époque ! Mais que reste-t-il vraiment de ce genre de film avec du recul ? Pas grand chose en fait. Si ce n'est la musique du Génial Ennio Morricone qui résonne encore dans nos têtes même si elle fut un temps détournée pour accompagner des images d'un chien courant au ralenti, pour une pub royal canin ou pour une série d'émissions de 30 millions d'amis. Et oui, la pub n'a peur de rien !
Bref le film se laisse regarder assez mollement, même si parfois on zappe pour chercher sur une autre chaîne, un peu plus de rêve. Bébel semble bronzé, comme recouvert de caramel durant tout le film ce qui lui donne aujourd'hui l'aspect un peu frime d'un portier de boite de nuit qui aurait un peu trop abusé des caissons de bronzage. Chemise bleu trop serrée sur sa musculature, torse offert aux spots du plateau de tournage. Ses dents blanches ressortent encore un peu plus et lui donne un sourire idiot accentué par ses grimaces qu'il avait le talent de caser dans les moments les plus drôles de ses films. C'est un film de George Lautner qui nous avait habitué à mieux car la mise en scène hésite constamment entre dénonciation de l'appareil politique et gaudriole policière à la seule gloire de la virilité de Bébel. Bébel torse nue, Bébel passant une robe de chambre trop petite qui lui donne l'air d'un judoka. Sans oublier dans ce film les pantalons en jersey style karting "moule fesses" qui lui donne un air de kéké des bals du samedi soir coincé entre le stand du tir au pigeon et le stand des autos tampons.
Mais non chers lecteurs, je ne suis pas aussi méchant que ce que vous pourriez le croire. Regardez le film et vous verrez, l'intention est bien là.... Bébel, c'est marrant ce surnom ridicule que les spectateurs lui ont donné. Tout est dit en fait. Bébel c'est le double de Belmondo, jeune acteur talentueux qui tourna dans de très bon films de la nouvelle vague, pour se résigner ensuite et se vautrer dans des films pour le moins consternants.
En fait, on ne peut parler de Bébel sans parler de Delon qui lui aussi squatta une partie des écrans français à la fin des années 70 début 80 en tournant dans des films où le nom du réalisateur était accessoire. On disait, je vais voir le dernier Bébel, ou le dernier Delon. Mais Delon à conservé son nom intact, il a juste perdu son prénom, phénomène tout à l'image du personnage hautain et jamais aussi populaire que Belmondo dont le surnom Bébel témoigne de sa popularité familiale.
Imaginez Dédel pour l'autre ! Il n'aurait jamais supporté cela ! Le cinéma est parfois une histoire des noms plus que des oeuvres.
Bon le film permet de voir Cyrielle Claire (qu'est-elle devenue ?) et Robert Hossein qui dans le rôle du salaud est parfait. Cet acteur n'a pas eu la carrière qu'il méritait. Il y a bien sur la call-girl de chez madame Claude qui se promène presque nue à chaque scène où elle est avec Bébel qui l'a séduit. Il y a toutes ces têtes qu'on a pu voir dans une quantité de films de cette époque et c'est étonnant de constater qu'elles font le même effet que "la madeleine de Proust" pour leur capacité à faire remonter des souvenirs de rentrée des classes, de dimanche soir tristes, de semaines ennuyeuses dans la France provinciale de Giscard.
Ce qui est amusant c'est de revoir Bernard Pierre Donadieu qui joue un flic pas très net dans une assez longue scène avec Belmondo. Voici un acteur qui avait une réelle présence, une gueule étonnante et qui.... et qui .....
Bon je voudrais pas mettre le bourdon à l'assemblée alors je vais parler du passage où Bébel balance un flic dans la chambre d'un palace où des caricatures d'émirs mangent un couscous. Et Bébel de leur dire cette réplique consternante : << Un poulet au couscous ! >> C'était cela l'humour à cette époque où la France aimait encore rire bêtement des Arabes, des Afriquains, enfin de tout ce qui lui rappelait tristement ses colonies. Ah quelle époque consternante ! Bon je vais en rester là car le film ne mérite pas mieux en fait.
La prochaine fois je vous parlerai du film avec Alain Delon qui passe ce soir.... mardi.
A +



DOC SAVAGE

 
 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar