En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



43

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le cercle rouge

sur
Amazone

fleche
fleche

Le Cercle Rouge

Un film de

Jean-pierre Melville

avec

Alain Delon
Bourvil
Yves Montand


- 1970 -
1971
Lectures
Depuis
Le jeudi 2 Mars 2006




Le premier (Vogel), malgré la vigilance du commissaire Matteï, réussit une évasion spectaculaire au cours d’un transfert par voie ferroviaire. La battue, organisée en temps record à travers la somptueuse campagne hivernale désolée, ne donnera aucun résultat – l’ennemi public n°1 s’est faufilé telle une vermine entre les mailles du filet, et s’évapore.
Le second (Corey) bénéficie d’une libération anticipée après 5 ans d’emprisonnement. Il sort et replonge sans tarder tête la première dans le réseau qui l’avait expédié à l’ombre. Peu importe : derrière son masque impassible de sérénité, le truand n’a rien à perdre, et plutôt beaucoup à gagner pour cette fois.
Le troisième (Jansen) se réveille en sueur à l’issue d’un cauchemar où, une fois de plus, les « habitants du placard » avaient surgis pour le prendre d’assaut. Et l’ex-flic tireur d’élite, en fin de compte, ne demande qu’une chose : qu’on l’aide à anéantir cette fichue faune mentale persistante.
Une fois constitué – réuni par les circonstances, dirons-nous – le trio se concentre sur l’organisation du casse d’une bijouterie de la place Vendôme. Néanmoins, le commissaire Matteï reste à l’affût, même s’il doit pour un temps se contenter des éclaboussures écarlates que le trio laisse sur son passage. Et dans un monde où nul n’est innocent, où le mal maraude à tous les coins de rue, à l’ombre de tous les chapeaux et de tous les regards, les traces décisives s’avèrent bien difficiles à détecter. On peut bien passer à quelques mètres de l’homme le plus recherché de l’hexagone sans s’apercevoir qu’il est là, peut-être à vous observer : vous, le commissaire scrupuleux.
Des truands ou des filous à tous les détours, des balances ou des indics : une jungle coriace que Melville façonne à la perfection, tout en s’appliquant à ponctuer le chaos de séquences esthétiques d’une subtilité rare : cette rencontre entre les deux premiers truands au beau milieu d’un champ, par exemple. Cette course poursuite à travers les forêts, juste avant la neige. Ce casse, évidemment – scène de 25mn totalement muette ; ou encore le réveil bousculé de l’ex-flic, qui reste dans les mémoires.
Un Delon proche du Samouraï : impénétrable et troublant.
Le dernier film de Bourvil, dans un rôle déroutant, bien que taillé sur mesure.
L’avant dernier de Melville, juste après l’Armée des ombres et Le Samouraï dont on retrouve la touche esthétique et cette inimitable façon d’initier en poésie un cinéma de sang froid.



CYRIL HERRY

 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar