En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



44

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L armée des ombres

sur
Amazone

fleche
fleche

L Armée Des Ombres

Un film de

Jean-pierre Melville

avec

Lino Ventura
Simone Signoret
Paul Meurisse


- 1969 -
1600
Lectures
Depuis
Le lundi 6 Mars 2006




Synopsis : Philippe Gerbier s’évade du siège de la Gestapo, à Paris, où il devait être interrogé sur ses activités de résistant. Il rejoint son groupe à Marseille et fait exécuter le traître qui l’a dénoncé. De nouveaux membres rejoignent sans cesse le réseau, prêts pour combattre l’envahisseur, à prendre tous les risques, c’est à dire à affronter la torture et la mort…

La France sous l’occupation. L’atmosphère oppressante qui règne sur l’époque et l’ombre persistante qui plane au-dessus des villes, de la société, de l’Histoire. Au-dessus de ce décor pesant, le choix du réalisateur Melville se porte tel un microscope sur un groupe de résistants dont il explore au plus près les rapports complexes.
Réalisé d’après l’œuvre de Joseph Kessel, « l’armée des ombres » s’organise en déplacements géographiques incessants, d’une ville à l’autre, d’un hameau isolé dans la campagne à un château cerné d’un imprenable domaine, d’une forêt boueuse à un cabaret, de Londres à Marseille. Des errances nécessaires ou des circonstances ; des itinéraires humains qui se croisent, se tissent ou se déchirent. Des existences qui se combinent, s’associent ou s’anéantissent, mais dont le devenir reste ici déterminé par l’engagement de chacun dans la lutte et ses enjeux.
En réalisant ce film, Melville ne fait pas que reprendre les écrits témoins de Kessel, mais s’investit tout entier dans le corps de l’époque pour avoir été lui-même résistant en 1937. Ainsi, « l’armée des ombres » se nourrit non seulement de l’expérience à vif de Kessel, mais de celle du réalisateur, dont il se sert pour restituer les séquences de l’Histoire en y injectant des êtres sensibles, des regards, des silences dressés entre les corps afin de mieux les rapprocher.
Et la mort guette. Aux détours de chaque plan, la mort effleure ces êtres qui, lorsqu’ils se savent condamnés, font en sorte d’en finir au plus vite ; de ne rien dire, de ne citer aucun nom à l’exception du leur.
D’un point de vue formel, Melville s’en tient une fois encore à l’essentiel. Les lumières sont minimums, résumées la plupart du temps à celles naturelles qui étoffent les décors : la lanterne d’un mirador, les feux d’une voiture au loin, un crépuscule qui meure… La mise en scène est dépouillée, bien que composée au détail, au geste près, à la façon d’une toile en mouvement. Chaque séquence peut être perçue indépendamment des autres ; isolée, elle fonctionnera à la façon d’un petit film dans le film, et c’est tout l’art de Melville.



CYRIL HERRY

 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar