En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



348

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Family business

sur
Amazone

fleche
fleche

Family Business

Un film de

Sidney Lumet

avec

Sean Connery
Dustin Hoffman
Matthew Broderick


- 1989 -
4008
Lectures
Depuis
Le mardi 5 Mars 2013






Adam (Matthew Broderick) abandonne ses études à seule fin de s’inscrire dans la tradition familiale de la cambriole.
Avec son grand-père Jessie (Sean Connery), voleur besogneux aux discours « anarchic », il monte un casse et entraine dans l’aventure son paternel Vito (Dustin Hoffman), qui avait délaissé le crime au profit du négoce de viande.

Trois générations réunis autour d’un même projet et nous pourrions en déduire que la filiation constitue le sujet du film. Pourtant, ce thème, s’il est par force présent, n’en est ni le sujet ni l’objet. En fait, le spectateur curieux se demande tout au long de la projection qu’elle est le véritable propos de cette affaire de famille.
S’agit-il de mettre en image un braquage ? Non puisque sa préparation se résume à de longues discussions dénuées de discrétion et à l’achat d’une masse dans un supermarché de bricolage ; à ouvrir et à fermer des portes le long d’un couloir blanc, lors du holdup, scène qui résume la suite de maladresses qu’accumule le trio de Pieds Nickelés.
La conséquence de l’une d’entre elles se révélera fatale pour le jeune Adam…
A partir de cet instant, au terme d’une heure de film, la tonalité change radicalement. La comédie cède le pas au drame. Et l’inversion est à ce point ultraciste que les personnages se révèlent sous un nouveau jour
Le grand-père Jessie, hâbleur intarissable et sympathique, théoricien anarchisant de la cambriole, n’est plus qu’un égoïste, hypocrite et manipulateur.
Le paternel Vito, marchand de viande dénué de fantaisie et empli de lâcheté, s’affirme comme un père responsable et courageux.
Seul Adam reste ce qu’il était : le pivot du trio. Mais un pivot encore plus naïf et injuste puisqu’il en vient à mépriser son père, le seul qui n’a agi que dans son intérêt.

Et nous glissons ainsi, du climax d’« Alphaville » au climat du « Mépris » sans que pour autant le récit ait réellement pris corps, sans que pour autant il se soit délité. Mais il est vrai que le casting et le réalisateur lui servaient de garde-fou.



L A

Family Business
 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar