En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



361

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Chapeau melon et bottes de cuir

sur
Amazone

fleche
fleche

Chapeau Melon Et Bottes De Cuir

Un film de

Jeremiah S. Chechik

avec

Sean Connery
Uma Thurman
Ralph Fiennes


- 1998 -
4977
Lectures
Depuis
Le vendredi 9 Fevrier 2013






Entre 1961 et 1969, c'est-à-dire durant 161 épisodes de 52 minutes, dont 104 en noir et blanc, les téléspectateurs du Royaume-Uni purent suivre les aventures de John Steed, personnage aujourd’hui mythique, mais que rien ne prédestinait à le devenir.

• Ainsi lors de la saison un (1), il n’est qu’un personnage secondaire, le rôle du héros étant dévolu au docteur David Keel dont la fiancée a été tuée par des trafiquants de drogue et qui cherche à assouvir sa soif de vengeance, d’où le titre : « The Avengers ».
• Lors de la saison deux (2), Steed devient très vite le personnage principal et l’on oublie (trois épisodes plus loin) David Keel. Pendant 17 épisodes, il aura l'anthropologue Cathy Gale (Honor Blackman) comme partenaire puis durant 6 autres épisodes la chanteuse de cabaret Venus Smith (Julie Stevens).
• Il faut attendre la troisième saison (2), pour que la série affirme son originalité. John Steed fait maintenant équipe avec la charmante Cathy Gale, souvent habillée de cuir et à l’efficacité redoutable.
• La quatrième saison (3) voit l’arrivée d’Emma Peel (Diana Rigg). Quant à la cinquième saison, elle marque le passage à la couleur, mais aussi la fin du duo John Steed et Emma Peel
• Tara King (Linda Thorson) la remplace pour la sixième et dernière saison, probablement la plus extravagante, puisque c’est au cours de celle-ci qu’apparaissent les personnages de Mère-Grand (Patrick Newell) et de son garde du corps féminin et muet, Rhonda (jouée par Rhonda Parker).
• En 1976, la série renaît, pour deux saisons, sous le titre britannique « The New Avengers ». John Steed a maintenant deux partenaires : Purdey (Joanna Lumley) et Mike Gambit (Gareth Hunt).

Voilà rapidement évoquée la lignée dans laquelle souhaite s’inscrire ce film à grand spectacle et aux multiples effets spéciaux.


Un savant, d’évidence multimilliardaire, a décidé de faire la pluie et le beau temps. Et la Grande-Bretagne connait des tempêtes de neige estivales, des averses apocalyptiques et autres cyclones. Heureusement, sa Gracieuse Majesté et ses fidèles sujets peuvent compter sur John Steed et Emma Peel

Loin de plébisciter ce film, les spectateurs semblent l’avoir majoritairement éreinté. On peut lire, par exemple, sur le site allocine.fr
• « Chapeau melon et bottes de cuir est une horreur et un supplice à voir…
• « Le scénario se résume à une suite d'échanges mondains so british d'un ennui mortel…
• « Bouillon foisonnant de cliché, flegme britannique surjoué et tasses de thé toutes les 2 minutes…
• « Une bouse intersidérale qui est une véritable insulte à la série originale des années 60… »
Si les trois premières opinions sont acceptables, -tous les goûts ne sont-ils pas dans la nature ?- le quatrième jugement est injustifié, car on ne peut dénier au film de s’inscrire pleinement dans l’esprit de la série.
On y retrouve, pêle-mêle, le flegme et la classe distante du John Steed de la saison deux, le chapeau melon, les tasses de the et le doigt de champagne qu’il partage avec sa partenaire, à la fin de chaque épisode. Les bottes et la combinaison de cuir d’une Emma Peel espiègle qui traverse, avec grâce, ce film au scénario aussi extravagant que ceux de la sixième saison, qui vit apparaitre Mère-grand, personnage aussi improbable que celui de Grand-père, créé pour les besoins de l’hommage.
Et que dire du maléfique, mais classieux écossais, Sir August de Wynter (4)? Qu’à l’image des personnages de Mère-grand et Grand-père (5), il fait écho à la loufoquerie de l’intrigue, c'est-à-dire qu’il ne dépareille pas avec la galerie de méchants croisés au fil des saisons.


Mais le film ne se contente pas de s’inscrire dans le pneuma de la défunte et mythique série, il en ressuscite des éléments visuels (6), éléments qu’il mélange à d’autres, issues de films ou de séries célèbres. Ainsi, on reconnait tour à tour :

• La voiture de John Steed.
• Les macarons de Mère-grand.
• Le labyrinthe végétal et les jardins équatoriaux, références diffuses aux décors de certains épisodes.
• L’attaque des robots-tueurs, clin d’œil à ceux Dr. Armstrong qui interviennent dans les épisodes « Les Cybernautes » (saison 4), « Le retour des Cybernautes » (saison 5) et « Le dernier des Cybernautes » (saison 7).
• La rampe d’accès qu’emprunte le futur Prisonnier lors du générique de cette série
• Un pastiche d’une scène de « Goldfinger » (7)
• Des personnages inspirés par « Orange Mécanique » (8)
• Un décor, final, qui n’est pas sans évoquer le gouffre sans fond de l’Etoile Noire dans le troisième volet de « La guerre des étoiles ».
Et bien d’autres éléments, par exemple Escalier de Penrose que l’on retrouvera dans « Inception ».



1- La première saison est toujours inédite en France : tous les épisodes, à l'exception de trois, sont perdus.

2- Cette saison est peu connue en France, car elle n'a jamais été doublée.

3- En France, la série a été diffusée à compter de 1967 et à partir de la quatrième saison.

4- Faut-il y déceler une allusion à Milady de Winter ?

5- C’est personnages induisent une inversion des genres.

6- Chapeau melon, bottes de cuir, parapluie épée, etc... et l'invisible Jones.

7- La réunion des gangsters déguisés en nounours.

8- Avec voiture comprise.



L A

Chapeau Melon Et Bottes De Cuir
 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar