En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



79

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Avatar

sur
Amazone

fleche
fleche

Avatar

Un film de

James Cameron

avec

Worthington Sam
Saldana Zoe
Sigourney Weaver


- 2009 -
2220
Lectures
Depuis
Le mercredi 6 Janvier 2010




A des années-lumière de la terre, la planète Pandora regorge d’un minerai à même de résoudre la crise énergétique que traverse la planète bleue.
Malheureusement les habitants de cette planète, les Na’vi, préfèrent vivre en osmose avec leur environnement que de venir en aide aux terriens. Pour les groupes de puissants industriels qui attendent d’exploiter ce minerai, il n’existe qu’une solution, la force armée.
Et l’armée est là en la personne des Marines.
Mais un autre obstacle se dresse sur la route de la fortune : l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains. Pour les groupes de puissants industriels qui attendent d’exploiter ce minerai, il n’existe qu’une solution, la science biologique.
Et elle est là, en la personne des avatars, des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi.
Les deux vont se conjuguer… puisque ces avatars n’ont d’existence que pilotés par l’esprit d’humains.
Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, se voit confier la mission d’infiltrer le peuple des Na'vi au travers de son avatar.
Mais les plans du haut commandement vont buter sur un détail : l’amour

Chacun aura reconnu les préoccupations à tendances anti-impérialistes et anticolonialistes, ainsi qu’écologiques, de ce film de science-fiction. Difficile de ne pas penser aux conquistadors, aux aventures coloniales dans le tiers monde, ou aux interventions militaires au Vietnam, au Cambodge ou au Laos, ou encore en Irak ou en Afghanistan.
Chacun aura reconnu les références visuelles aux grands films du genre, que ce soit « La Guerre des étoiles », « Matrix », « Alien » et tant d’autres.

Mais ces faits ne sont pas ceux qui font de ce film un incontournable dans l’histoire du cinéma mondial et le hissent au même rang que « Le chanteur de jazz », ou « Le Magicien d'Oz ».
« Le chanteur de Jazz », film de 1927 est considère comme le premier parlant, même s’il n’intègre que quelques répliques et qu’en 1926 un autre film « Don Juan» intégrait déjà le son, mais sous forme musicale uniquement.
« Le Magicien d'Oz » (1939), quant à lui, est considère comme le premier film en couleur même si, bien avant, d’autres expériences de couleur avaient été menées.
« Avatar » est le premier film en D3, même si d’autres films, bien avant, ont tenté l’expérience du 3D, comme « Le crime était presque parfait » d’Alfred Hitchcock ou « Emmanuelle IV » (1).

La 3D numérique, nouveau moyen technique, mais aussi nouvelle esthétique. Avec cette nouvelle technologie, que deviennent la profondeur de champ, les mouvements de caméra, les gros plans, et tant d’autres procédés qui font la 2D ?
Dans « les cahiers du cinéma » n°647 Sean Fairburn donne un exemple
« Si j’entre dans une pièce surpeuplée et que j'aperçois une belle femme dans la foule, je me concentrerai peut-être sur elle mais je verrai tout de même le reste. Un réalisateur peut souhaiter souligner la présence de cette femme avec un gros plan sur elle. Mais un gros plan au 200 millimètres en 3D ne marche pas. Il faut utiliser l'éclairage, les costumes et d'autres personnages pour bloquer ce qui se trouve de part et d'autre et guider l'œil du spectateur afin de la mettre en valeur. Sinon le spectateur est gêné, car l'œil ne fonctionne pas ainsi. On ne se trouve jamais tout près de quelqu'un en un clin d'œil. On peut aussi approcher la caméra très lentement à travers la foule jusqu'à elle. Cela fonctionne beaucoup mieux en relief, parce qu'on ne perd pas la « relation 3D » créée avec le public »



1- Les expériences de cinéma stéréoscopique remontent à 1890, puis quelques courts métrages furent tournés avant la première vague de longs métrages en 3D (160 films) dans les années 1950 utilisant d'abord les lunettes rouge et bleu (3D anaglyptique), puis des lunettes polarisées. Tous ces films n’était pas du niveau de "The Creature from the Black Lagoon" puisque des réalisateurs comme Alfred Hitchcock, Douglas Sirk, Raoul Walsh, André De Toth, John Farrow, Rudolph Maté, Lloyd Bacon et Chuck Jones en signèrent quelques-uns.
Une trentaine d’années plus tard, la 3D est de retour avec « Vendredi 13 » et « Les Dents de la mer » mais elle est plutôt envisagée comme un gadget visuel
Pour son troisième retour les choses semblent différentes puisque Steven Spielberg (The Adventnres of Tintin : Secret of the Unicorn), Tim Burton (Alice au pays des merveilles) et James Cameron (Avatar), des poids lourds du cinéma, se lancent dans l’aventure. Ce retour sera-t-il le bon? On peut le penser, même s’il reste à régler le problème des lunettes



L A

Avatar
 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar