En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



586

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Autómata

sur
Amazone

fleche
fleche

Autómata

Un film de

Gabe Ibáñez

avec

Antonio Banderas
Dylan Mcdermott
Melanie Griffith


- 2014 -
712
Lectures
Depuis
Le mardi 28 Avril 2015






En 2021, une éruption solaire a occasionné un cataclysme nucléaire sur notre bonne Terre qui conséquemment s’est transformée en désert aride. Mais le Capital, toujours avide de survie, a mis au point des robots dont la première des tâches a été de construire un mur ceinturant la mégapole, dernier refuge de l’humanité…
Ces robots, mis au point par la société ROC, sont dotés de deux protocoles propriétaires :
• Nul robot ne peut nuire à quelque forme de vie que ce soit
• Nul robot ne peut se modifier lui-même ou modifier un autre robot
Nous sommes en 2044 et ROC contrôle le moindre geste des habitants de la cité, devenue un ghetto…
Inutile de dire la suite, puisque chacun la devine : les robots se dérèglent et enfreignent les protocoles ! Mais que chacun se rassure, ils ne contreviendront qu’au second protocole.

Après une ouverture à l’esthétique de « Blade Runner », le film bascule dans la blancheur d’un désert infini avant de se refermer sur des images qui évoquent « Il était une fois dans l’Ouest », cache-poussière compris. Entre ce début et cette fin, principalement sur fond sableux, le métrage déroule une flopée d’interrogations existentielles à laquelle se mêlent des fragments de complot aux relents abscons, à l’image de la plupart des éléments constitutifs du scénario qui demeureront dans leur gangue sibylline.
Et chacun de se demander :
Qui a modifié les robots ?
Pourquoi veulent-ils passer au-delà du gouffre ?
Pourquoi assemblent-ils une blatte bionique ?
etc
En fait, il ne se dégage qu’une certitude de ce dur moment pour l’humanité agonisante : Jacq Vaucan (Antonio Banderas ) aime
« La mer
Qu'on voit danser le long des golfes clairs
À des reflets d'argent
La mer
Des reflets changeants
Sous la pluie »
tout un symbole lorsqu’on se traîne dans le désert.

Faut-il aller voir Autómata, quand on n’est pas fan de gentils robots adeptes de la non-violence en quête de sens à leur existence ? A chacun d’apposer sa réponse au bas de cette angoissante interrogation…



L A

Autómata
 
 
 
 


Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar